Bien naître

Parents informés–Naissance respectée Parce que la grossesse et la naissance appartiennent d'abord aux parents: - Partager l'information (réunions mensuelles libres et gratuites) - Eviter la surmédicalisation - Choisir son accompagnement

13 mai 2007

ACCOUCHER SANS PERIDURALE : PLAISIR, FOLIE OU MASOCHISME ???

Vous allez accoucher et vous vous posez des questions sur la péridurale?

Vous avez accouché avec ou sans péridurale et avez envie de partager votre experience?

Nous vous proposons de venir échanger avec nous autour de ce thème.

La péridurale : qu’est ce que c’est ?

Anesthésie régionale appelée également épidurale.

C'est l'administration, par injection, d’un anesthésiant qui insensibilise de la taille aux pieds.

L’effet de la péridurale dépend de la dose de produit.

Il est fréquent que l’on ne sente plus ses jambes, et dans tous les cas on ne peut plus faire confiance à ses sens.

Tout le bas du corps est engourdit voir anesthésié.

L'injection se fait dans l'espace péridural, entre deux vertèbres du bas du dos, dans la zone lombaire, là où il n'y a pas de moelle épinière (voir schéma). Comme il s'agit d'un geste d'une grande précision, il est nécessaire de rester parfaitement immobile. (On est généralement assise sur le rebord du lit, il faut faire le dos rond et se décontracter) 

position_assise

L'anesthésiste utilise une aiguille d'une longueur de 8 à 10 centimètres et la pousse jusqu'à l'espace péridural situé entre les troisième et quatrième vertèbres lombaires. Ensuite, il introduit à l'intérieur un long tube souple appelé cathéter puis retire l'aiguille. Le cathéter, une fois en place et maintenu par du sparadrap, va permettre de diffuser le produit anesthésiant.


L'anesthésique peut être donné en une dose, dont l’effet dure une à deux heures, ou en plusieurs doses que l’on peut répéter, soit de façon automatique, soit à la demande.

nat_peridurale


Faiblement dosée, elle permet aux futures mamans de se lever et de marcher après l’installation du cathéter, La position debout facilite la descente du bébé.

Rarement pratiqué, ce type de péridurale est plus compliqué à mettre en place pour des raisons de coût et d’organisation du service.

pompes auto-injection :

Celles-ci reposent sur un principe simple : les futures mamans disposent d'une poire sur laquelle elles appuient dès qu'elles en ressentent le besoin. Le produit analgésique est alors diffusé à travers le cathéter. Un système de sécurité évite de s'injecter des doses excessives. Pour l'heure, cette technique qui permet une sorte d'« autogestion » de la douleur n'est pas très développée dans les maternités françaises. Cela devrait changer dans les années à venir.

A quel moment se fait la péridurale ?

Il faut savoir que l'anesthésiste peut intervenir jusqu'au dernier moment ou presque. Seule limite : lorsque la dilatation du col de l'utérus est maximale et que la future maman a envie de pousser pour l'expulsion.

Contre indications

De type médicales :

Hyperthermie, fièvre

Problème circulatoires

Troubles de la coagulation.

Infections……

De type contextuelles

Absence ou insuffisance des moyens de réanimation et ou de surveillance

Refus de la Patiente

Avantages / Inconvénients

Voilà ce qui se dit sur Les avantages de la péridurale

1.  L'absence de douleur tout en conservant les sensations.

2.  L'anesthésie péridurale permet à la future maman de se reposer lorsque l'accouchement est long et douloureux.

3.  L'absence de douleurs permet aussi à la mère de se concentrer sur les efforts de l'expulsion. Elle est plus à l'écoute de son corps et de la sage femme.

4.  Elle a un effet antispasmodique sur le col, permettant de le rendre plus souple, ce qui peut accélérer la dilatation.

5.  La péridurale réduit la fatigue de l'accouchement.

6.  Salle de travail plus calme 

dessin_hopital_silence

Les inconvénients, les effets secondaires

Pendant l’accouchement:

Pour la maman :

Obligation de rester allongée sur le dos

Risque de nausée et de vomissement (chute de la pression sanguine maternelle)

Allongement du travail.

Diminution du réflexe de poussée

Relâchement de la musculature périnéale qui peut entraîner une modification des conditions de rotation de la tête du bébé.

On observe avec la péridurale une augmentation du risque de recours aux épisiotomies, aux délivrances instrumentales, à l'injection d'ocytocine et aux césariennes .

L’OMS classe le traitement de la douleur par l'analgésie épidurale dans les pratiques fréquemment utilisées à tort.


Pour le bébé :

Modification du rythme cardiaque fœtale au moment de la pose qui peut durer et causer une souffrance fœtale

Augmentation de la température maternelle qui peut entraîner une augmentation de la température fœtale et augmenter les besoins en oxygène du bébé le mettant ainsi dans une situation proche du manque

Après l’accouchement :

Pour la maman :

Des douleurs lombaires peuvent apparaître 24 à 48 heures après l’accouchement (voire plus)

Des maux de tête peuvent survenir dans les jours qui suivent.

Risque de forte démangeaisons.

Difficulté voire impossibilité de se lever avant un certain temps.

Risque de rétention d’urine (car on ne sent plus l’envie d’uriner)

Pour le bébé

On entend parfois que la péridurale a un impact sur le nouveau-né (bébés moins éveillés, moins toniques et ayant moins d'interactions avec leur mère )

DE  plus

la péridurale s'accompagne presque inévitablement d'autres interventions:

    la pose d'une perfusion

    la pose d'appareil de monitoring fœtal en continu

    l'injection d'ocytocine pour stimuler le travail

  Il arrive dans certain cas que la péridurale ne soit efficace que d'un seul côté.

Et les risques

Le risque principal (1 à 2% des accouchement sous péridurale.)

ces chiffres proviennent du dossier "Péridurale, choisir en connaissance de cause" réalisé par Blandine Poitel et disponnible ICI : A lire absolument!

         la brèche de la dure-mère

La brèche dure-mèrienne est provoquée par l'aiguille péridurale poussée trop loin qui perfore la dure mère (une membrane). Elle est responsable d'une fuite de liquide céphalo-rachidien,

Elle se manifeste quelques heures après la brèche par des maux de tête, des douleurs cervicales, une raideur de nuque, une photophobie, parfois par des vertiges, des troubles de la vue et de l'audition. Elles durent en moyenne huit jours, obligeant certaines patientes à rester couchées dans la pénombre à un moment où elles voudraient s'occuper de leur bébé. Leur traitement est fonction de leur gravité. Repos, hydratation, Paracétamol, Caféine, pour les plus légères. Blood-patch pour les plus invalidantes.( injecter dans l'espace péridural un peu du sang de la patiente en regard de la brèche pour rétablir la pression dans le liquide céphalo-rachidien.)

Voilà ce qu’on peut dire en essayant de rester du coté technique des choses.

Les chiffres que l’on a pu trouver et qui nous ont paru le plus sérieux annonce les taux de péridurale suivants :

15% des accouchements aux Pays-Bas

60-70% en France

80% aux USA et Canada

Conclusion

Parler de la péridurale ne peut pas se faire sans parler de la douleur, du rapport que chaque femme entretient avec la douleur, de la façon dont elle la perçoit.

Il s’agit donc d’un sujet très intime qui implique que personne ne peut (ou ne doit ) décider à votre place.

Autres techniques

Péridurale déambulatoire :

Posté par bien naitre à 20:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    20 ans après

    Vingt ans après mon premier accouchement, qui s'est effectué sous péridurale alors que j'avais à peine donné mon avis , je souffre encore de migraines ... Je précise que je n'avais JAMAIS de céphalées auparavant ! Par contre, j'en ai eu après ce premier accouchement, pendant les grossesses suivantes, après chaque accouchement suivant ( j'ai trois enfants) , et bien sûr au cours de chaque mois depuis ... Quelle galère !


    Un ostéopathe essaie de m'aider et je crois que cela marche . Il m'a dit que les tissus de ma dure-mère étaient complètement contractés ...

    Futures mamans, soyez vigilantes !

    Posté par maman, 07 août 2008 à 18:36
  • brèche de la dure mère

    je vous fais part de ma petite histoire j'ai accouché de ma fille le 15 décembre 2005 sans péridurale, le travail fut long et pénible mais très contente de ne pas avoir fait de péridurale, en été 2007 j'ai eu un soucis de santé et une à du me faire une ponction lombaire donc un prélevement de liquide céphalo-rachidien, j'ai eu des maux de têtes horribles pendant 3 semaines et des vomissements me rendant incapables de faire des geste de la vie quotidienne, je devait rester couchée, je ne savais pas que ces doucleurs étaient causées par cette ponction lombaire, les médecins m'ont fait le blood patch, 3 jours après j'allais déjà beaucoup mieux mais j'ai encore par moments des crises de maux de tête et de nuque.
    Nous essayons de refaire un bébé et je peux vous dire qu'à moins de problèmes majeures lors de l'accouchement il n'est pas question que je fasse une péridurale, les douleurs pour moi ont étés trop insupportables.
    Alors je dis soyez vigilantes futures mamans, ou un accouchement ca fait mal mais c'est surmontable et ca reste la plus belle des douleurs!!!

    Posté par Louise, 21 mars 2009 à 01:15
  • brèche de la dure-mère 1% à 2% des accouchements sous péridurale : vous avez les sources de ces chiffres?

    Posté par emmap, 21 mai 2007 à 09:00
  • brèche de la dure-mère 1% à 2% des accouchements sous péridurale : vous avez les sources de ces chiffres?

    Posté par emmap, 21 mai 2007 à 09:18

Poster un commentaire